Sensibilisation au handicap en entreprise


MONSIEUR BUTTERFLY en quelques mots…

Seul sur scène, Patrick Massiah est « MONSIEUR BUTTERFLY ». Cet ancien clown
dans les hôpitaux qui décide d’adopter quatre enfants handicapés, emmène
le spectateur avec lui dans un voyage à travers les méandres de l’autisme, de la trisomie,
de la schizophrénie et du handicap physique.
Cet homme qui a toujours refusé de grandir, décide de prendre ses responsabilités
dans une société qui n’assume pas ces (ses) enfants dits déviants.
C’est l’histoire d’un combat contre ses peurs, contre l’indifférence, pour le bonheur
des matins du monde et de la table du petit déjeuner salie par les bols de lait renversés.
La pudeur et l’humour résident dans cette écriture et se prolongent dans l’interprétation
de Patrick Massiah. L’humour survient toujours pour nous sortir d’une situation
qui pourraitdevenir insoutenable.
Ce spectacle s’adresse à tous.
Patrick Massiah l’a joué devant des enfants, des scolaires, des adultes, des professionnels
du milieu médical, des personnes handicapées mentales et physiques…
La rencontre qu’il offre à la fin de la représentation à ses spectateurs est un moment
fort et privilégié qui permet de partager ses émotions et nourrit affectivement l’acteur pour
la suite de l’aventure.
Tout naturellement, la Compagnie le Tapis Volant joue cette pièce dans les C.I.T.L., IME,
C.A.T.... après avoir passé la journée avec les pensionnaires. Les mots prennent une
autre dimension qui nourrit le spectacle quand il revient dans un théâtre dit « normal ».
Ce spectacle, couronné par le prix spécial du jury « Citoyenneté et Handicap » de l’ADAPT
en 2005, fête bientôt, le 12 juin 2007, sa 300ème représentation.
Depuis 2004, il est proposé par la Mutuelle Intégrance, l’ADAPT, l’AGEFIPH et de
nombreuses entreprises du Club ÊTRE dans le cadre de leurs actions de sensibilisation
au handicap, à Paris et en province.



NOTRE TRAVAIL DE SENSIBILISATION AU HANDICAP

L’un des objectifs de ce spectacle est de faire changer le regard que le spectateur
peut avoir sur le handicap, par méconnaissance de ce sujet, pour l’emmener,
progressivement, à considérer les personnes handicapées et ses collègues handicapés,
comme « les autres ».
La particularité de ce spectacle de sensibilisation sur le handicap est qu’il s’agit
d’une véritable pièce de théâtre. Les spectateurs sont comme au théâtre, ils rentrent
dans l’histoire de ce clown et de ses enfants et sans s’en rendre compte, sont touchés
par le handicap, ils en rient, le découvrent, le comprennent et le transposent dans leur vie
quotidienne et professionnelle.
Les différentes représentations faites en entreprises, notamment chez BAYER Cropscience
ont prouvé l’impact de la pièce, du théâtre et la facilité de parole provoquée chez les salariés,
par l’émotion du spectacle.
Chaque représentation est suivie d’un échange avec le comédien qui permet d’ouvrir
un dialogue informel sur le handicap. Celui-ci se fait très souvent dans la salle de spectacle
ou à l’occasion d’un cocktail qui suit la représentation. Ce temps de parole est nécessaire
pour partager ses émotions et son regard qui a changé sur le handicap.
Des échanges naissent entre les spectateurs et le comédien, le fait de faire référence
et de prendre appui sur ce qu’ils viennent de voir jouer, permet aux participants de prendre
la parole plus facilement.
Patrick Massiah fait souvent référence à des réactions ou à des témoignages de spectateurs
valides ou non, pour illustrer certains points. Il revient souvent sur des questions que chacun
se pose mais qui ne sont pas toujours faciles à formuler. Il permet ainsi, en douceur, à chacun
de partager sa perception du handicap.
Il ne s’agit à aucun moment de culpabiliser le public sur tel ou tel point, mais de l’amener
à comprendre ce qu’est le handicap, d’appréhender ses différentes formes et à briser
des idées préconçues.

Le public se sent ainsi concerné par le handicap, il ne le voit plus d’une façon abstraite
et stéréotypée. Il prend conscience qu’il peut, à sa façon ou de manière collective, agir pour
une meilleure intégration et compréhension de « l’autre ».
Un travail au préalable avec l’équipe organisatrice de la représentation peut permettre
d’aborder des points précis et d’adapter l’échange en fonction du public concerné.



FICHE D'IDENTITÉ

• Patrick Massiah est acteur et metteur en scène.
En 1999, il crée la Compagnie
Le Tapis Volant. Jean Claude Grumberg inaugure
la première aventure de la Compagnie en lui offrant la possibilité de lire
tous les soirs seul pendant le Festival d’Avignon, au Théâtre de l’Escalier des Doms
« Maman revient pauvre orphelin » et « Job ».

En 2001, ce sera l’aventure de « Monsieur Butterfly » adapté du roman d’ Howard Buten
et créée le 30 Mai 2001 à la Maison de l’Acteur de Montrouge.
Ce spectacle a obtenu le Prix Spécial du Jury 2005 des Trophées de L’Adapt.
Il se joue encore en tournée avec la Mutuelle Intégrance. 30Oème représentation.

En 2004, Année nationale du Handicap, il signe la mise en scène et l’organisation
du Premier Village de la Fraternité et du Marché de Noël des personnes handicapées
Mentales Place Saint-Sulpice à Paris.

En 2005, il est le frère aîné de Dalida dans la série de France 2 réalisée par Joyce Bunùel.

En 2006, il dirige des stages d’acteurs professionnels pour l’Agence Culturelle d’Alsace.
Il intervient à Sciences-Pô Formation Continue et auprès de personnes handicapées
pour le Centre de formation de la radio Vivre FM / Revue ÊTRE
Handicap Information.

• La Compagnie Le Tapis Volant
a été créée en 1999.
Ses premiers pas ont été des lectures : Racine, Crébillon fils et Marcel Bénabou.
Au Festival d’Avignon 1999, Patrick Massiah a lu tous les soirs au Théâtre de l’Escalier
des Doms « Maman revient pauvre orphelin » et « Job » de Jean Claude Grumberg.
Au delà de son travail artistique, le Tapis Volant poursuit et approfondit son travail
pédagogique :
– Travail régulier au Collège Paul Bert de Chatou, Ecole ICART Groupe EFAP.
– Mission spéciale pour l’Education Nationale. Actuellement, travail de prise
de confiance et de recadrage pour les francophones / non francophones,
« juste arrivés » en France – Primo Arrivo.
– Travail pédagogique autour du spectacle. Pour Butterfly, ce travail sera scolaire,
hospitalier, institutionnel et dans le monde de l’entreprise.


• Howard Buten a trois métiers qu’il pratique en toute simplicité et dans une totale plénitude.
Romancier, Howard Buten est l’auteur du livre culte « Quand j’avais 5 ans je m’ai tué ».
La suite de cette histoire est tout aussi magnifique « Le cœur sous un rouleau compresseur ».
Son dernier roman s’intitule « Quand est-ce qu’on arrive ».
Docteur en psychologie, il fonde le centre Adam-Shelton - du nom d’un enfant autiste pris
en charge par Buten pendant vingt ans à la « Burger School for Austic » dans le Michigan-.
Depuis 1997 à Saint-Denis, la maison de trois étages accueille des adolescents autistes,
le plus souvent refusés par les autres institutions. Réussite médicale, le centre
est perpétuellement menacé de fermeture définitive pour des problèmes d’argent.
La DDASS leur a suggéré « de refuser du monde et d’accueillir des cas moins lourds ».
Parmi tant d’autres le père de Brahima témoigne : « Avant il cassait tout, maintenant il va tout
seul acheter son pain au chocolat ».
Sa troisième vie est publique ! Il est connu en clown sous l’identité de Buffo. En 1970
« trop triste et trop subtil » pour le cirque Ringling Brothers and Bailey Barnum, il s’engage
dans un cirque ambulant « le célèbre cirque européen Bartok » pas plus célèbre qu’européen.
En 1973, il invente Buffo et comme son idole le clown Grock, il fait du Music-Hall dans
les boîtes et les cabarets de Detroit. En 1998, il a obtenu en France le Molière du meilleur
spectacle « One man show ».


CE QUE LA PRESSE EN DIT …

Quelques extraits :


Monsieur Butterfly : émouvant
Le Parisien, novembre 2003

Itinéraire tendre et plein d’humour…
Intramuros Toulouse, septembre 2005

Comme un papillon de vie
Agefiph Info, Janvier/mars 2004

La voix du coeur
Zurban, octobre 2003

Patrick Massiah trouve le ton juste pour évoquer le handicap
La Dépêche du Midi, septembre 2005

Ce qu’il a interprété, c’est vraiment ce que je ressens
Virginie 25 ans, handicapée moteur

Plus qu’une pièce, Monsieur Butterfly est un hymne à l’amour absolu
Le Parisien, septembre 2001

Il trouve les mots justes
Grand Dax, janvier 2003

Monsieur Butterfly traite avec humour d’un problème délicat :
le rapport au handicap

La Nouvelle République, octobre 2005

L’hymne à la tolérance
Théâtre online, septembre 2001

Adaptation juste et sensible(…) tableau de la marginalité
où l’humour se méle à la gravité

Psychologie magazine, juin 2001

Allez découvrir la performance de Patrick Massiah,
vous ne serez pas déçus
Vaucluse l’hebdo, Festival d’Avignon Off, juillet 2002

Tendresse et humour
Sortir Week-End Lille, septembre 2005

Monsieur Butterfly nous ouvre le coeur
Pariscope, novembre 2001

Un très beau spectacle. Sa prestation est convaincante,
elle réussit à transmettre au public la joie et la souffrance

Le Figaro, octobre 2001

Emouvant et drôle, Patrick Massiah nous offre
une belle leçon d’amour et de générosité

La Provence, Festival D’Avignon Off, juillet 2002

Clown et psy
Tribune Juive, octobre 2001